pointer ou cliquer sur un panneau









SUR LE CHEMIN DE ST-JACQUES...
par Marité

> voir aussi : 13 étapes en juin 2003
> retour au sommaire Compostelle

Mardi 7 mai 2013

1ère journée de notre périple 2013. Départ vers 8 h sous une pluie fine. Beaucoup de bitume ! Surtout parce que nous avons raccourci par Arblade-le-Bas, sur les conseils de notre hôte (Christian, à l’Arbladoise) qui trouve plus joli de passer là. Mais c'était ça ou la gadoue plus bas sur le GR ; d'ailleurs, nous en avons eu aussi en traversant un bois, et j'étais ravie d'avoir mes bâtons. Pas de rocher, ni de tronc, ni de banc pour s'asseoir, sur tout le parcours, et nous avons donc cassé la croûte au milieu des champs, assis sur un de nos tapis de sol, sur un chemin de terre. Environ 1 h avant d'arriver, nous avons pu nous assoir sur un tuyau en béton, dans un chantier routier provisoirement arrêté.

Env. 5 h. et une vingtaine de km.

A Barcelonne du Gers, nous avons une très chouette chambre, grande et confortable :-) et, si nous avions eu nos maillots de bain, nous aurions pu profiter du jacuzzi !

Maintenant, douche, lecture, etc. mais aussi courses pour les 2 jours à venir, fériés.


Mercredi 8 mai 2013

Barcelonne – Miramont-Sensacq, 20-25 km, presque 7 h avec les visites.

Partis à 8 h 40, nous arrivons très vite à Aire-sur-l’Adour, tout proche ; il fait beau mais frais. Nous visitons la petite cathédrale, très très ancienne, et que nous trouvons sombre, puis l’église Ste-Quitterie, qu’il FAUT voir. Petite pause sur un banc, sur une rive du lac du Brousseau. Puis à nouveau beaucoup de bitume. Et globalement, marche monotone sur des routes droites, entre de grands champs ensemencés de maïs et quelques bosquets. Env. 30 mn avant notre arrivée à Miramont-Sensacq, petite pluie d’abord, puis nous avons finalement dû enfiler nos kways…

Maison du Bos : très belle propriété en-dehors du village et très belle chambre et sdb dans le gîte, rien que pour nous…


Jeudi 9 mai, Ascension

Alors que la météo prévoyait une journée entière de pluie, elle n’a commencé qu’aux environs de 13 h, une petite pluie fine qui a quand même forci environ 2 h avant que nous soyons rendus. Du bitume et 1-2 chemins agréables mais surtout, comme il pleut beaucoup dans le pays depuis 3 mois, beaucoup beaucoup de boue. D’ailleurs Gaby est tombé… à peine 2 mn après avoir dit « le premier qui a les fesses dans la boue a un gage ».

Sur cette partie, les paysages sont plus jolis que les jours précédents, avec quelques vignes et des collines.

A la ferme de la Houn de Lacoste, nous avons une petite chambre qui sent la poussière mais, de l’autre côté du couloir, nous avons une sdb avec un wc rien que pour nous, et qui ferme à clé ! A l’inverse de notre chambre…

Comme il fait froid et qu’il pleut beaucoup, Jean-Michel Lacadée allume la grande cheminée devant laquelle nous ferons sécher le linge pendant la nuit. Soirée bien sympathique. Ce qui nous a marqués, c’est qu’il nous a raconté que Guilhem (son fils) et lui font tous les soirs le même menu, ça leur facilite le travail. Mais ça veut dire aussi que pendant six mois, ils mangent tous les soirs la même chose !


Vendredi 10 mai

Louvigny – Morlanne, 20-22 km

Pas de pluie et des paysages plus jolis.

Les sandwiches de Jean-Michel sont coriaces : beaucoup de pain (décongelé pour la moitié des sandwiches) et peu de garniture

Morlanne se trouve hors GR mais vaut le détour : nous dormons dans la Maison Navarron, charmante, très décorée, dans une grande chambre avec sdb et wc privatifs, le tout assez rétro. Le village est joli et nous passons pas mal de temps au château, construit par Gaston Phébus et racheté et restauré par M. et Mme Ritter, avant d’être vendu au Conseil Général qui a entrepris de gros travaux (termites etc.). Comme le château ne peut être visité, en raison desdits travaux, une guide très disponible nous commente un intéressant diaporama.

Dîner à la ferme-auberge, dans le village, de très bons produits (canard et agneau).


Samedi 11 mai

Morlanne-Maslacq, 23-25 km

Pas de pluie, températures très changeantes et globalement fraîches.

Courses au marché d’Arthez-du-Béarn où nous avons d’abord revu Marion et Johann, de Riedisheim, qui avaient rendu la veille le petit âne qu’ils avaient loué pour deux jours et continué en vélo. Puis Céline, de la Réunion, qui laisse Ghislain (138 ans à eux deux) marcher seul car son genou lui fait trop mal. Jolis paysages.

Dans l’après-midi, je commence à avoir mal au niveau du tendon d’Achille du pied droit, mais ce n’est qu’une rougeur due à des frottements pour cause de chaussure trop serrée ; les jours suivants, je marche donc avec un pansement qui évitera de nouveaux frottements et rendra la douleur plus supportable.

Ce soir, chambre d’hôtes Les Tilleuls à Maslacq : forte déception car je croyais avoir réservé une chambre avec sdb et wc privatifs. Or, ils sont partagés et le wc est au RdC et la chambre au 1er étage (celle de leur fille, où a-t-elle dormi ?). La maison est en chantier mais il y a une piscine toute neuve ! Et la maisonnée compte 3-4 chiens et autant de chats. TB dîner.


Dimanche 12 mai

Maslacq-Navarrenx

Début prometteur sur de vrais chemins, mais très vite le bitume a pris le dessus. Jolis paysages mais pas mal de côtes ! Guère d’occasions de s’asseoir car, avec toute la pluie qui est tombée ces dernières semaines, tout est humide…

Navarrenx est une sympathique cité fortifiée, que nous parcourons un peu, avant un moment de prières à l’église, suivi d’un verre de l’amitié offert par la commune et la paroisse, avec du Bergerac doux.

Et surtout, surtout ! Chambre confortable au Relais du Jacquet, ancienne mais rénovée, propre, avec douche et wc privatifs ! Et meubles anciens et jolie décoration, beaucoup de lampes notamment.


Lundi 13 mai

Navarrenx-Aroue, 20-22 km

Nous commençons par la visite de Navarrenx et de ses fortifications fort intéressantes. Davantage de sentiers sur ce parcours mais aussi du bitume.

A Aroue, la maison Bellevue porte bien son nom. M. & Mme GEGU nous avaient réservé le studio avec douche et nous utiliserons leur wc. Loué draps de dessus et 2 draps de bain. A 18 h, nous avons rendez-vous pour nos achats d’épicerie pour le lendemain, car il n’y a aucune possibilité sur le chemin, le règlement de notre séjour et pour la mise à jour de nos crédanciales.

A 18 h 45, départ en voiture pour l’Auberge des Chênes, à plus de 3 km. Excellent dîner pour 13 € par personne : soupe, entrée avec charcuteries du pays et crudités, rôtis bœuf et porc accompagnés de pipérade, fromage ou glace.

Etape rustique mais tellement sympathique. Grands jardin et prés autour de la maison. Alors que j’admirais les fleurs, M. GEGU m’a proposé de lui envoyer, à l’occasion, un chèque correspondant au montant d’un colissimo, suite à quoi il m’enverrait des bulbes d’un iris ou lys ( ?) non gélif et fleurissant de novembre à mars !


Mardi 14 mai

Aroue-Larceveau,

8 h – 16 h, pas trop mal pour nos 26 km de montées suivies de descentes… Et enfin plus de chemin que de bitume ! Jolis paysages, beaucoup de fermes : veaux, vaches, canards, poulets…

La variante par Uhart-Mixe, légèrement plus courte, est vraiment très jolie, et nous sommes ravis de l’avoir prise. Découvert aussi Ostabat, joli village au flan des Pyrénées…

Hôtel-Restaurant Espellet à Larceveau : chambre très simple avec douche et wc + petit balcon pour faire sécher notre linge…

Dîner ½ pension très correct : panaché de poissons, agneau, gâteau basque. Irouléguy rouge que nous trouvons agréable.


Mercredi 15 mai

Larceveau-Huntto (2 h plus haut que St-Jean-Pied-de-Port), 26-28 km

Aujourd’hui, c’est la fête à la grenouille : il pleut quasiment toute la journée et nous marchons avec les guêtres et les ponchos. Ce qui donne l’occasion de faire des photos rigolotes, notamment de Gaby qui marche en short : les guêtres s’arrêtent sous le genou et la pèlerine juste au-dessus des genoux… A 15 h 40, nous arrivons à Huntto, dernière étape pour nous avant le col de Roncevaux ! Il n’y a pas d’eau à la ferme Ithurburia, suite à une rupture de canalisation par un engin de chantier… ni de draps ni de serviettes, que nous aurions dû commander lors de la réservation, dans une chambre d’hôtes !! Le bâtiment est neuf et joliment aménagé.

Dîner avec +- 30 personnes, bruyant. Il paraît que beaucoup de marcheurs redémarrent du secteur de St-Jean-PP avant de faire l’Espagne.

Vu les prévisions météo pour demain, mauvaises (pluie, boue, neige), nous décidons de ne pas monter au col de Roncevaux, ni par le GR qui sera impraticable et dangereux, d’après l’Accueil Pèlerin à St-J-PP, ni par la route internationale, dangereuse à cause du trafic, mais de nous faire récupérer un jour plus tôt par les taxis de l’Ostibarret.

La mort dans l’âme, car nous nous sentions « prêts »…


Marité, le 15 janvier 2015