Camping et caravaning interdits
De nombreuses communes n'autorisent les séjours sur leur territoire que dans des conditions strictement réglementées, en particulier pour les lieux : uniquement les terrains de camping et les aires de caravaning pour les camping-cars. Dans la pratique, ces règles sont observées avec plus ou moins de sévérité selon les circonstances.
Bivouac autorisé
Avec indication des heures, à condition d'observer les règles de prudence et de respect de la nature et des habitants, surtout dans les parcs naturels (voir aussi ci-dessous) ; dans certaines zones protégées, il y a des espaces dédiés au bivouac, interdit en dehors de ces endroits.
Bivouac interdit
C'est notamment le cas à proximité des lieux fréquentés (parkings, sentiers, villages, lieux ou monuments touristiques) ; même à distance, le silence et la discrétion sont de rigueur. Dans les parcs nationaux, le bivouac n'est autorisé qu'à une heure de marche au minimum d'un endroit accessible (route, parking, zone de bivouac organisé ou limite territoriale du parc).

Organiser un bivouac
Ce n'est pas parce qu'on dort sans matériel qu'on peut dormir n'importe où et n'importe comment, si on ne veut pas se réveiller encore plus fatigué... si même on a dormi.
  • Bien choisir l'endroit :
    • Il est bon d'avoir prévu la région à l'avance, mais l'endroit précis ne peut se choisir que sur le terrain, après l'avoir vu
    • Un point d’eau à proximité peut être pratique parce qu'il dispense de transporter, l'eau a vite fait de peser lourd. Mais c'est assez rare en montagne et c'est rarement potable ; même une filtration et les comprimés purificateurs n'éliminent pas magiquement toutes les impuretés ; c'est vrai aussi pour la toilette. Vous ne pouvez guère avoir confiance que dans l'eau des refuges, des fermes... ou des bouteilles.
    • S'installer sur une zone plate, sèche, exempte de végétation (tout au plus de l'herbe, mais vous, et plus encore une tente même petite, pouvez l'écraser) ; une légère pente peut être appréciable pour canaliser un écoulement éventuel et il est bon en général d'avoir la tête légèrement plus haute que les pieds.
    • Choisissez autant que possible un endroit abrité du vent : le sentir quand il fait chaud et qu'on marche est bien agréable, même une brise légère la nuit peut devenir déplaisante et empêcher de dormir. Un site assez en contrebas d'un col ou d'un sommet peut être intéressant (mais c'est plus dur d'avoir un endroit plat) ; par contre, sur la crête vous risquez des désagréments.
    • L'exposition est une question de choix personnel : vers l'ouest, vous profiterez du soleil couchant pour la soirée, vers l'est vous serez réveillé par la clarté bien avant son lever, à moins que vous ne cherchiez justement à le contempler. Mais le soleil se lève tôt en été, ça fait une nuit courte.
    • Il y a des nuits d'été qui n'apportent aucune fraîcheur : en plaine, c'est désagréable, en montagne la température peut baisser significativement ; être orienté à l'est (c'est un pléonasme) peut tempérer un matin frisquet dès que le soleil se lève.
    • La forêt est un endroit agréable : la température baisse moins dans le sous-bois.
    • N'oubliez pas de prévoir un endroit accessible et écarté pour vous soulager, ce qui arrive régulièrement à tout le monde. Si vous avez de quoi, un petit trou à recouvrir de terre au plus tard à votre départ peut être utile.
    • A éviter absolument :
      • Un col (ou à proximité), qui canalise le vent et constitue une cible privilégiée pour la foudre
      • Un sommet, un endroit exposé de la crête, de grands arbres isolés, qui attirent également la foudre
      • Une tourbière, trop humide et fragile ; même les endroits plus fermes, qui donnent l'impression de rester confortables, peuvent être humides par dessous et vous risquez de vous y enfoncer et de vous retrouver dans l'eau, sans compter que vous dégradez des milieux précieux et fragiles.
      • A proximité des troupeaux (notamment moutons et chèvres, que vous risquez de perturber, sans oublier que les éventuels chiens de garde peuvent être agressifs s'ils sentent une menace)
  • Précautions :
    • Que vous utilisiez une tente ou pas, un tapis de sol et un sac de couchage peuvent être agréables, mais il faut les transporter ; il en existe maintenant qui sont légers et résistants et qui ne tiennent pas de place.
    • Attention aux animaux :
      • A proximité d'arbres, vous pouvez suspendre vos affaires pour éviter que des provisions ne tentent des rongeurs, des renards ou d'autres animaux qui sont souvent nocturnes : vos provisions sont prévues pour vous, pas pour eux. N'oubliez pas que certains de nos aliments, parfois appétissants pour eux, peuvent aussi leur être nocifs (notamment pain, gâteaux).
      • Dans les Vosges, il n'y a pas de vipères, mais les resptiles sont nombreux, même en altitude ; repérez les trous ou les anfractuosités où ils peuvent nicher.
      • Les insectes peuvent être très gênants. Les fourmis apprécient les milieux acides (forêts de conifères) ; ne vous installez pas à moins de 100 m d'une fourmilière. Soyez aussi attentifs à l'éventuelle présence d'un nid de guèpes.
    • Attention au feu :
      • Un petit feu peut-être agréable pour l'ambiance ou s'il fait frais, il peut éloigner les petits animaux (l'odeur du bois brûlé est suffisante après qu'il soit éteint)
      • Mais on ne fait pas du feu partout ! Il est impératif de le cerner avec des pierres et de le placer dans un endroit de terre sans herbe pour éviter tout risque de propagation ! Lorsque vous voulez dormir, prenez soin de l'éteindre complètement et veillez qu'il ne reste pas des braises actives sous la cendre qui risquent d'être dispersées par le vent vers des herbes sèches, des feuilles mortes ou un tapis d'aiguilles de conifères.
      • Un réchaud est autorisé, mais peut être lourd à transporter et tout aussi dangereux si on le renverse ; pour une fois, vous pouvez manger froid. Mais si vous aimez les bivouacs en hiver, un réchaud peut être utile pour faire fondre la neige ; ça ne vous dispense pas de la purifier, vous n'imaginez pas les cochonneries que peut contenir la neige !
    • Attention à l'eau :
      • Vous pouvez toujours être surpris par une averse : en montagne, même en moyenne altitude, le temps change vite.
      • Si vous êtes sur un terrain complètement plat, l'eau ne s'écoule pas, vous pouvez être dans une flaque, surtout si vous êtes en bas d'une pente où vont converger les ruissellements. Mieux vaut battre en retraite vers un abri si ça n'a pas l'air de vouloir se calmer et surtout si le temps devient orageux.
      • Si vous êtes sur une légère pente, une rigole pour canaliser les ruissellements peut se révéler utile ; quelques centimètres de profondeur peuvent suffire, à creuser avec les moyens du bord si vous n'avez pas d'outils (qui ne peuvent qu'aloudir votre sac)