Randonnée d’un malvoyant : Échos de la dernière étape

Nicolas Linder, originaire de Lupstein, est aveugle depuis l’âge de cinq ans et souffre de la maladie du spina-bifida. Parti le 21 juillet de Wissembourg, il est arrivé, au terme d’un périple de 210 km samedi à Sewen, guidé par un GPS vocal spécialement adapté aux déficients visuels. Sa réaction à chaud.

« Pour ce dernier tronçon de 18 kilomètres, j’étais accompagné par Marie, qui habite Saint-Amarin, dont j’avais fait la connaissance il y a deux ans à la Fédération du Club Vosgien de Strasbourg. Nous avons quitté Guewenheim vers 9 h et avons toujours avancé sur la piste cyclable. Notre premier arrêt se situait à Sickert, où nous avons rendu visite à une ancienne collègue de travail de Marie. Notre casse-croûte de midi n’a pas été déballé, car nous n’avons pas pu résister au menu de la Maison du Pays à Wegscheid située sur notre route », explique Nicolas.
Le jeune homme poursuit : « Je n’ai pas vu le temps passer, car cette agréable et sympathique promenade, véritable baroud d’honneur, m’a surtout permis de faire des échanges approfondis avec mon accompagnatrice. À l’arrivée à Sewen, nous étions attendus par Lucille et Jérémy, ce dernier fêtant son anniversaire ce soir-là. »
« Je suis surtout content d’avoir pu réaliser cette traversée de l’Alsace sans jour de repos, n’ayant pas eu d’infection ni de problèmes nerveux, ni de douleurs dans les jambes », confie Nicolas Linder. Marie, adepte des chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle, tenait à féliciter Nicolas à l’arrivée pour son exploit, en soulignant : « C’était un pur bonheur de faire cette dernière étape avec lui. »
Jérémy, copain du lycée de Saverne d’il y a 15 ans, à présent installé au fond de la vallée de la Doller, déclarait : « Nicolas a toujours été très courageux, et avec sa profonde détermination je ne suis pas surpris qu’il ait réussi ce défi humain. » Le GPS à guidage vocal a complètement changé sa vie : « C’est une vraie résurrection qui m’a permis de sortir de la solitude », a précisé le randonneur.
Avant de révéler qu’il se lancera un nouveau défi pour septembre : découvrir pendant deux semaines les forêts endémiques de Madagascar. Mais avec un guide.

Témoignage paru dans les Dernières Nouvelles d'Alsace du 1er août 2017

> Fermer la fenêtre